ARTICLE GRATUIT – ALLÔ VEDETTES 3818

Médias Nouveautés  |  04-09-2019

Sur scène avec Les Brothers

Jason Roy Léveillée: «Mes parents sont bien fiers»

Depuis déjà quelques années, le comédien Jason Roy Léveillée a fondé avec des amis Les Brothers. En spectacle aux quatre coins de la province avec des reprises, le groupe formé de Jason, Simon Morin, Jonny Arsenault et Dominic Dagenais, compose maintenant son propre matériel.

L.D.: Le groupe Les Brothers a occupé une partie de ton été. Vous avez même une chanson originale qui tourne à la radio actuellement. Comment est née cette chanson?

 J.R.L.: «Au début, on faisait des reprises et on trouvait qu’on avait une bonne chimie et qu’on se rejoignait bien sur le choix des chansons. Par la suite, on  a décidé qu’on allait créer ensemble. On a écrit les paroles tout en jouant de la musique. Les trois autres ont des carrières solos, et pour eux, c’était la première expérience en gang en ce qui concerne la création. Cet automne, on lance une autre chanson, qui est complètement différente. On trouve notre son en même temps.»

 

Avez-vous le souhait de faire un album?

«Ce qui nous intéresse, c’est de nous asseoir à la fin de la tournée et d’écrire le plus possible. Présentement, on enregistre chez Mario Sévigny, et notre but est de faire des salles avec un spectacle qui comprend une majorité de compositions originales.»

 

As-tu eu l’occasion d’entendre votre chanson à la radio?

«Oui, et ma mère était hystérique aussi. C’était assez spécial pour moi. Selon moi, la musique est une des plus belles créations de l’humain. Partout où j’ai voyagé, il y a de la musique, ça fait partie de nous, et c’est connecté à l’âme. Ça fait vivre des émotions aux gens, qu’elles soient profondes ou plus joyeuses pour faire le party. La musique me tient à cœur.»

 

Pour tes parents qui t’ont vu grandir au petit écran, est-ce une surprise de voir la musique prendre une telle importance?

«Je te dirais qu’ils sont presque plus fiers de ce côté-là. Dans ma famille, la musique a toujours été présente. J’ai vu mes parents chanter, et il y a toujours du karaoké à Noël, et parfois, c’est lourd (rires). Quand j’ai commencé à chanter, c’était la fin du monde. Ils sont venus voir le show. Mon père joue de la  guitare aussi. La musique est ancrée en nous; alors, ils sont bien fiers.»

 

Le projet des Brothers a-t-il pris plus de place que tu le pensais?

«Je te dirais que ça ne me surprend pas. C’était notre vision dès le départ. Lorsqu’on a créé le groupe et que je suis entré comme coproducteur, c’était clair que le but était d’aller jouer au Centre Bell. C’est un projet entre amis, mais on veut se rendre le plus loin possible. On a fait des changements dans le groupe, car on ne s’entendait pas tous. Maintenant, on a l’équipe de rêve et on a la même vision.»

 

Les séries Unité 9 et Le chalet sont maintenant terminées. As-tu d’autres tournages en vue?

«J’ai un projet qui s’en vient, je ne peux pas en parler, mais on va me voir bientôt. Je suis content de ma participation à Unité 9 et de ce que j’y ai appris. Le personnage était différent de ce qu’on m’avait vu faire.»

 

Cet été, tu as participé à une activité avec Google où l’on apprenait aux jeunes comment faire du codage sur Chromebook. Comment est venue cette proposition?

«La technologie est quelque chose qui m’a toujours intrigué. J’aime lire là-dessus et je m’interroge sur la technologie future. Les ordinateurs quantiques seront l’avenir et nous permettront d’analyser encore plus de données. Je suis aussi passionné par les astronautes. J’ai suivi David Saint-Jacques au cours de son aventure. L’association s’est donc faite très facilement.»

 

Pourquoi est-ce important d’apprendre le codage aux jeunes?

«C’est sûr que c’est nouveau pour les jeunes, mais ça deviendra de plus en plus banal. Lorsque les jeunes qui sont au primaire actuellement arriveront sur le marché du travail, la moitié des enfants qui seront présents ne sont pas encore nés. La technologie va créer beaucoup d’emplois, et la programmation sera requise.»

 

Comme tu es un passionné, les ateliers t’ont-ils donné encore plus le goût de développer le codage?

«J’ai continué d’apprendre sur le site avec lequel on programmait. La programmation nous aide aussi dans la vie, puisque c’est de la résolution de problèmes. J’ai trouvé ça très intéressant.»

 

Luc Denoncourt

 

Nous utilisons les témoins de navigation (cookies) afin d'opérer et d’améliorer nos services ainsi qu'à des fins publicitaires. Le respect de votre vie privée est important pour nous. Si vous n'êtes pas à l'aise avec l'utilisation de ces informations, veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite. Connaître notre politique de confidentialité. Accepter
x